Signaler un problème
Vous pouvez bénéficier d'une indemnisation et obtenir une prise en charge en fonction du délai d’attente (rafraîchissements, restauration, deux communications, et si nécessaire hôtel et transferts entre le lieu d’hébergement et l’aéroport).

Dans votre cas, l'indemnisation est de 250 euros.

Le transporteur est tenu de payer l’indemnisation en espèces ou par tout autre moyen (chèque, virement etc.). Une indemnisation sous forme de bons de voyage ou d’avoir ne peut se faire qu’avec l’accord écrit du passager. Toutefois, le transporteur peut ne pas payer l’indemnisation, s’il prouve que le retard était dû à des circonstances extraordinaires qui n’auraient pas pu être évitées même si toutes les mesures raisonnables avaient été prises.

Si ces règles ne sont pas respectées, il faut tout d'abord et obligatoirement porter une réclamation auprès du transporteur. Les délais de réponse des transporteurs peuvent atteindre 2 mois. Si passé ce délai, le transporteur ne vous a pas répondu ou vous a répondu de manière insatisfaisante, il est possible de saisir la Direction générale de l'Aviation civile (DGAC).
Vos réclamations doivent être adressées en joignant la copie, et non les originaux, de toutes les pièces justificatives en votre possession : réclamation(s) faite(s) auprès du transporteur, réponse(s) du transporteur, réservation et/ou billet électronique (reçu itinéraire), cartes d’embarquement, attestation remise par le transport relative à l’incident, s’il vous en a été remis une, justificatif des dépenses engagées si une prise en charge ne vous a pas été fournie, etc.
Mis à jour le 22/01/2019